Le verger:




Je suis fille de la campagne,
née au pied du Mont Rougemont,
à St-Jean-Baptiste de Rouville.



Ce poème est dédié

à tous ceux et celles
qui comme moi,

connaissent les récoltes
abondantes ou décevantes,
selon le gré de la température

pas toujours clémente!



Petites fleurs de pommiers,
lorsque vous faites apparition en mai,
sur le verger,
Ne dirait-on pas qu'il a neigé?

Peu d'arbres autres que le pommier
ne pourraient donner d'aussi pures
fleurs dans nos contrées.



Été chaud, vert feuillage,
cueillette de centaines de fruits
qui s'accrochent aux branchages,
tracteurs et charrettes et tout
ce bruit,



nids des oiseaux sous le
camouflage,
où s'inquiètent de petites mères
de tout ce remue-ménage.


Automne de matins froids et colorés,
les escabeaux s'appuient fermement
sur les troncs grisâtres,
l'haleine des cueilleurs s'élève en buée,
les belles pommes se détachant,
finissons la récolte en hâte.



Squelettes de l'hiver,nus, languissants,
vos bras se déploient, vides sous le ciel gris,
encore beaux, tels de vieux paysans,
qui, sous le froid, pour le printemps
prient....

de:

Nicole Sénécal


Poème suivant: ICI

Menu des poèmes: ICI