Histoire sans queue ni tête:


(poème composé lors de mon secondaire à la Polyvalente de Mont- Saint-Hilaire:

j'y avais inséré les noms de familles des 33 élèves de mon cours de français,

lors d'une composition "libre")


 



Me promenant un soir,

Auclair de lune,
mon chemin se perdit soudain

dans la brume.

Ayant pour seule compagnie Caty,
Mon fidèle destrier de toujours,
je m'apprêtais à faire demi-tour,
lorsque je rencontrai un vieil ami.



"Allons à Mainville", me dit-il,

"nous
y trouverons Désautels à profusion".
"Nous Hébert-gerez-vous?"

demanda-t-il
à la belle Lisette de l'habitation.



"S'occupent-ils aussi des chevaux?"
"Bien sûr, je vois d'ici le tien, sans selle
Il Boissonnault

et prendra du repos.



De bonne heure, le matin, nous fûmes debout,
Pour aller tenter le Poisson dans l'étang,
car la faim chasse le loup hors Dubois.





J'admirais tout autour de moi,

d'un air Benoit,
Des tiges de Sarrazin

pointaient sur mon chemin.
À ces bout-Turmel-odieusement

agencées,
un vent léger ,paresseusement,

courbait la tête Desrosiers.


Mais où se trouvait donc Albert?

(l'ami)


De-bouthillette-ait à l'affut,
approchant l'hameçon

au Borduas-ticot,
comme s'il allait découvrir

un second Fraser,
il foudroyait du regard

Lecours d'eau,
lorsque sonna le Bélanger-lus.




"Hamel-toi donc à la tâche,

gronda-t-il!"


Puis surgit de nulle part,

apparut un homme.
C'était un noir à peau d'ébène

et aux yeux de billes.


"Messier, nous dit-il,

en mastiquant sa gomme:
"Lequel de vous est Clerk(c),

car j'ai besoin de
conseils?

En échange ,

je vous donnerais des pommes,

ou un panier de groseilles!
Je suis Brodeur de métier, dit-il,
et crains de m'être fait Bern(i)er..."



J'aurais voulu chercher des Nois-

eux, sans doute,
n'ayant plus besoin de moi,

je le croyais, du moins,
Mais je dû rester pour servir de témoin...


Pour le remercier de ses très bons services,
le client improvisé, récemment veuf,
offrit en surplus de beaux livres

d'al-Phaneuf(s).


Lui serrant la main,
comme à un cousin Germain,
et Tousignang les documents

d'une belle grande croix,
il disparut avant de dire "Moreau Rois".


Que mangerons-nous, ce soir?
"Yergeau-rais pris du ragoût,
mais je préfère encore les poires."
Chacun son goût...




Fin de l'histoire sans queue ni tête....

 de: Nicole Poisson Sénécal





Poème suivant:
ICI

Menu des poèmes:
ICI